« De l’Être à l’Autre : dialogisme et altérité au XXe siècle »

[Vidéo de l’intervention : à venir]

Intervenante : Daniela Vitagliano (CAER), 16 juin 2016.

Cette intervention portera sur l’élaboration du concept d’altérité au XXe siècle et sur la façon dont il a été traité en littérature, en philosophie et en anthropologie : la philosophie de la réciprocité ; l’affirmation du Je et du Tu chez Martin Buber ; la définition d’Autrui de Levinas ; la théorisation du Soi-même comme un autre chez Paul Ricœur ; le dialogisme et la façon dont il est formalisé par Bakhtine ; l’éthique humaniste de l’Autre formalisée par les études postcoloniales qui frayent le chemin à un nouveau dialogue. Tandis que le développement de ces théories proposent des modèles d’interactions ou s’interrogent sur la valeur de l’autre, en littérature on assiste à une prolifération d’exemples d’incommunicabilité où l’autre est pris en compte mais pour s’y opposer, ou simplement pour ignorer ce qu’il dit. Daniela Vitagliano voudrait examiner la nature de ce phénomène et s’interroger sur les effets produits par la rencontre de l’Être avec l’Autre.

Bibliographie :

  • M. Bakhtine, La Poétique de Dostoïevski [1929], traduit du russe par I. Kolitcheff, préface de J. Kristeva, Paris, Editions du Seuils, 1998
  • S. Beckett, En attendant Godot, Paris, Éditions de Minuit, 1952.
  • M. Buber, Je et tu (1923), nouvelle présentation de R. Misrahi, avant-propos de G. Marcel ; préface de G. Bachelard, Paris, Aubier, 2012
  • A. Camus, L’étranger, Paris, Gallimard, 1942
  • K. Daoud, Mersault contre-enquête, Arles, Actes Sud, 2014
  • E. Ionesco, La Cantatrice chauve (1950), Paris, Gallimard, 1993
  • F. Laplantine, Quand le moi devient un autre. Connaître, partager, transformer, Paris, CNRS ed., 2012
  • E. Levinas, Totalité et infini : essai sur l’extériorité (1961), Paris, Librairie générale française, 1990
  • A. Münster, Le principe dialogique. De la réflexion monologique vers la pro-flexion intersubjective : essais sur M. Buber, E. Lévinas, F. Rosenzweig, G. Scholem et E. Bloch, Paris, Kimé, 1997
  • L. Pirandello, Quaderni di Serafino Gubbio operatore (1925), Milan, Mondadori, 2000
  • P. Ricœur, « Sympathie et respect. Phénomenologie et éthique de la seconde personne », Revue de Métaphysique et de Morale, 4 (Octobre-Décembre 1954), pp. 380-397
  • P. Ricœur, Soi-même comme un autre (1990), Paris, Ed. du Seuil, 1996

« Le concept de mémoire chez Elizabeth Jelin »

Intervenante : Laura Balaguer (CAER), 16 juin 2016.

La mémoire peut être définie comme la faculté psychique grâce à laquelle l’être humain peut se rappeler du passé. La mémoire désigne l’image mentale que l’Homme se fait du passé, du souvenir. L’intervention est focalisée sur les travaux d’Elizabeth Jelin, sociologue argentine. Ses principaux travaux de recherche portent sur les droits de l’Homme, les mémoires de la répression politique, les mouvements sociaux. Elle est directrice du programme « Mémoire collective et répression » à l’Université de Buenos Aires. Pour Elizabeth Jelin, la mémoire est un mécanisme culturel qui renforce le sentiment d’appartenance à un groupe ou à une communauté. Ce concept de mémoire traverse toute son œuvre mais la présentation se concentre sur son ouvrage Los trabajos de la memoria, publié en 2002 (Madrid, Siglo XXI de España Editores). D’après E. Jelin, les concepts de mémoire et d’oubli sont importants lorsqu’ils sont liés à des événements traumatiques dans des contextes de répression politique qui donnent lieu à des souffrances collectives. La mémoire se met alors en marche lorsque plusieurs personnes partagent une même culture, dans ce cas, le peuple argentin. Le groupe tente de retrouver son passé collectif à travers divers produits culturels qui servent à transmettre la mémoire : les livres, le cinéma, etc. L’étude de la mémoire implique de faire référence aux souvenirs, à l’oubli, aux différents types de narration, aux silences et aux gestes de chacun des membres du groupe mais aussi aux espaces vides et aux fractures. L’intervention vise à définir les deux types de mémoires décrites par E. J, les « mémoires habituelles » et les « mémoires narratives ». Laura Balaguer se concentre sur les « mémoires narratives » qui permettent de reconstruire les sens du passé et les blessures de la mémoire. Elle souligne le lien entre les souvenirs et les « mémoires narratives ».

« Orientalisme(s) et orientaliste(s), divergences et mises au point »

Intervenante : Armelle Girinon (CAER), 16 juin 2016

L’intervention vise à présenter l’évolution de la définition des termes « orientalisme(s) » et « orientaliste(s) » dans les arts et les sciences du xixe et du xxe siècle. Armelle Girinon expose et discute tout d’abord le caractère plurivoque de ces termes et en présente les mouvances étymologiques. 
Elle synthétise ensuite les éléments de définition proposés par Edward W. Said dans son livre intitulé L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident (Orientalism, 1978), ainsi que les approches heuristiques et méthodologiques adoptées par E. W. Said pour cette étude. Un des intérêts majeurs de cet ouvrage est qu’il continue d’être au cœur de polémiques encore vives aujourd’hui, on lui concède certains résultats, on en discute d’autres : l’analyse des critiques émises à l’encontre de L’Orientalisme d’Edward W. Said font l’objet de la dernière partie de la communication. La brève présentation des débats scientifiques (idéologiques ?) liés à cette notion d’orientalisme permet d’aborder plusieurs outils / cadres théoriques indissociables des études actuelles des représentations (scientifiques et littéraires) de l’espace et de l’altérité.

 

« Autour du concept théorique de “marge” »

Intervenante : Vanessa Perdu (CAER), 16 juin 2016.

L’objectif de cette communication est de présenter le concept théorique au cœur de la problématique de thèse de Vanessa Perdu, celui de la « marge », et d’en développer les différentes significations. Les concepts de marge et de marginalité étant souvent utilisés dans le cadre des études postcoloniales et subalternes, il s’agit en particulier de tenter d’exploiter certains de ces postulats afin de les intégrer à la théorie littéraire classique, c’est-à-dire de proposer une démarche qui consiste à partir du texte littéraire et de son analyse afin de l’éclairer à la lumière de ces hypothèses. L’idée est de conserver la dimension esthétique du texte pour éviter l’écueil habituel des approches postcoloniales et subalternes qui tendent à convertir le texte en pur objet culturel. Dans un deuxième temps, sera développée la portée de la notion de « marge », ainsi que ses différentes acceptions et comment elles peuvent être exploitées dans l’analyse des textes littéraires. Si la marge est traditionnellement rattachée à l’idée d’exclusion, de rejet, sa dimension ambivalente, intermédiaire, en fait aussi un espace de liberté et d’indéfinition. Le but est d’ouvrir des perspectives plus larges autour du concept de marge, en le rattachant notamment à une quête ou affirmation identitaire.

Journée d’Étude – « Migrations et Altérités : esquisses théoriques » – 16 juin 2016

Image

 

Dans le cadre de la Fédération CRISIS et à l’occasion de la Journée d’Étude jeunes chercheurs « Migrations et altérités, esquisses théoriques », huit membres du collectif « Migrations et altérités » issus de trois laboratoires de la Maison de la recherche d’Aix-en-Provence (CAERCIELAMLPS) ont présenté une partie des cadres théoriques dans lesquels ils inscrivent leurs recherches. L’objectif était d’établir un cadre discursif commun autour des notions de « migrations » et « d’altérité ».

Les publications suivantes contiennent la communication individuelle de chaque jeune chercheur, au format vidéo.