Journée d’étude « Entre recherche et action » – 19 juin 2019

En passant

Mercredi 19 juin 2019, de 09 h 30 à 18 h 00, en salle des colloques 2 du Pôle multimédia de la Maison de la recherche (29, av. Robert Schuman, Aix-en-Provence).

Programme de la journée (entrée libre, pas d’inscription préalable) : 

9h30 : Accueil des participant∙e∙s.

10h00 – Intervention inaugurale d’Alexis Nuselovici (CIELAM, AMU), Professeur en littérature générale et comparée et référent du collectif.

***

10h30 : Panel 1, « Genre et migrations »

Denis Alcaniz (LESA, AMU)  : Trajectoire désorientée dans Bamako d’Abderrahmane Sissako.

Camylla Lima de Medeiros (CIELAM, AMU) : Mères en exil ou le vide maternel chez Clarice Lispector et Marguerite Duras.

Anouchka Stevellia Moussavou Nyama (CIELAM, AMU) : Au-delà et entre-deux : l’exil d’Omar et Nfissa dans Les Alouettes naïves d’A. Djebar.

***

13h30 : Panel 2, « Espaces et Frontières »

Sabine Gamba (CIELAM, AMU) : Du jardin de l’enfance au déploiement des espaces et des frontières, dans le théâtre de Wajdi Mouawad. 

Mahshid Tajilrou : J. M. Coetzee’s Paradoxical Reading of the Nature of the Self in Autobiography.

Anysia Troin-Guis (Fondation pour la Mémoire de la Shoah, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3): Documenter les violences historiques à travers le montage d’archives.

Marjolaine Unter Ecker (CIELAM, AMU): Espaces hybrides et frontières afropéennes dans l’œuvre d’Eva Doumbia

***

15h45 : Panel 3, « Langues et Écritures »

Émilie Boyer (CAER, AMU) : Faire parler l’Autre : la langue de l’autochtone dans le roman centraméricain.

Eva Raynal (CIELAM, AMU) : Qu’est-ce que l’aller-retour ? Le mythe au service des déplacements et des espaces traumatiques.

Sarah Voke (CIELAM, AMU) : L’expérience de l’exil et de l’écriture : de l’action à la recherche.

***

17h 15 : Inauguration de l’exposition des œuvres produites par les migrant·e·s durant les ateliers.

© Justine Larroque

« De l’Être à l’Autre : dialogisme et altérité au XXe siècle »

[Vidéo de l’intervention : à venir]

Intervenante : Daniela Vitagliano (CAER), 16 juin 2016.

Cette intervention portera sur l’élaboration du concept d’altérité au XXe siècle et sur la façon dont il a été traité en littérature, en philosophie et en anthropologie : la philosophie de la réciprocité ; l’affirmation du Je et du Tu chez Martin Buber ; la définition d’Autrui de Levinas ; la théorisation du Soi-même comme un autre chez Paul Ricœur ; le dialogisme et la façon dont il est formalisé par Bakhtine ; l’éthique humaniste de l’Autre formalisée par les études postcoloniales qui frayent le chemin à un nouveau dialogue. Tandis que le développement de ces théories proposent des modèles d’interactions ou s’interrogent sur la valeur de l’autre, en littérature on assiste à une prolifération d’exemples d’incommunicabilité où l’autre est pris en compte mais pour s’y opposer, ou simplement pour ignorer ce qu’il dit. Daniela Vitagliano voudrait examiner la nature de ce phénomène et s’interroger sur les effets produits par la rencontre de l’Être avec l’Autre.

Bibliographie :

  • M. Bakhtine, La Poétique de Dostoïevski [1929], traduit du russe par I. Kolitcheff, préface de J. Kristeva, Paris, Editions du Seuils, 1998
  • S. Beckett, En attendant Godot, Paris, Éditions de Minuit, 1952.
  • M. Buber, Je et tu (1923), nouvelle présentation de R. Misrahi, avant-propos de G. Marcel ; préface de G. Bachelard, Paris, Aubier, 2012
  • A. Camus, L’étranger, Paris, Gallimard, 1942
  • K. Daoud, Mersault contre-enquête, Arles, Actes Sud, 2014
  • E. Ionesco, La Cantatrice chauve (1950), Paris, Gallimard, 1993
  • F. Laplantine, Quand le moi devient un autre. Connaître, partager, transformer, Paris, CNRS ed., 2012
  • E. Levinas, Totalité et infini : essai sur l’extériorité (1961), Paris, Librairie générale française, 1990
  • A. Münster, Le principe dialogique. De la réflexion monologique vers la pro-flexion intersubjective : essais sur M. Buber, E. Lévinas, F. Rosenzweig, G. Scholem et E. Bloch, Paris, Kimé, 1997
  • L. Pirandello, Quaderni di Serafino Gubbio operatore (1925), Milan, Mondadori, 2000
  • P. Ricœur, « Sympathie et respect. Phénomenologie et éthique de la seconde personne », Revue de Métaphysique et de Morale, 4 (Octobre-Décembre 1954), pp. 380-397
  • P. Ricœur, Soi-même comme un autre (1990), Paris, Ed. du Seuil, 1996

« Littérature et espace : la géocritique de Bertrand Westphal »

Intervenante : Erika Riberi (CIELAM), 16 juin 2016

Cette communication a pour objet la géocritique impulsée par Bertrand Westphal (La géocritique : réel, fiction, espace, 2007). Dans cette approche, il s’agit non pas d’étudier per se les représentations des espaces réels en littérature, mais plutôt de s’intéresser aux possibles interactions entre espace réel et espace représenté, en posant comme hypothèse fondamentale qu’une représentation littéraire peut, après avoir pris pour référent dans l’œuvre un espace réel, influer à son tour sur cet espace. La présentation revient donc sur les bases et postulats critiques et théoriques liées à la conception même de l’espace sur lesquels s’appuie Bertrand Westphal, afin de pouvoir saisir au mieux tant le contexte épistémologique qui a favorisé l’émergence de ce nouveau cadre théorique que les possibilités d’exploitation critique qu’il peut offrir, notamment en regard des questions qui intéressent notre collectif de jeunes chercheurs « Migrations et altérités ».

« Le concept de mémoire chez Elizabeth Jelin »

Intervenante : Laura Balaguer (CAER), 16 juin 2016.

La mémoire peut être définie comme la faculté psychique grâce à laquelle l’être humain peut se rappeler du passé. La mémoire désigne l’image mentale que l’Homme se fait du passé, du souvenir. L’intervention est focalisée sur les travaux d’Elizabeth Jelin, sociologue argentine. Ses principaux travaux de recherche portent sur les droits de l’Homme, les mémoires de la répression politique, les mouvements sociaux. Elle est directrice du programme « Mémoire collective et répression » à l’Université de Buenos Aires. Pour Elizabeth Jelin, la mémoire est un mécanisme culturel qui renforce le sentiment d’appartenance à un groupe ou à une communauté. Ce concept de mémoire traverse toute son œuvre mais la présentation se concentre sur son ouvrage Los trabajos de la memoria, publié en 2002 (Madrid, Siglo XXI de España Editores). D’après E. Jelin, les concepts de mémoire et d’oubli sont importants lorsqu’ils sont liés à des événements traumatiques dans des contextes de répression politique qui donnent lieu à des souffrances collectives. La mémoire se met alors en marche lorsque plusieurs personnes partagent une même culture, dans ce cas, le peuple argentin. Le groupe tente de retrouver son passé collectif à travers divers produits culturels qui servent à transmettre la mémoire : les livres, le cinéma, etc. L’étude de la mémoire implique de faire référence aux souvenirs, à l’oubli, aux différents types de narration, aux silences et aux gestes de chacun des membres du groupe mais aussi aux espaces vides et aux fractures. L’intervention vise à définir les deux types de mémoires décrites par E. J, les « mémoires habituelles » et les « mémoires narratives ». Laura Balaguer se concentre sur les « mémoires narratives » qui permettent de reconstruire les sens du passé et les blessures de la mémoire. Elle souligne le lien entre les souvenirs et les « mémoires narratives ».

« L’inénarrable de la migration »

Intervenante : Anoushka Stevellia Moussavou Nyama (CIELAM), 16 juin 2016

Narrer la migration c’est écrire les déplacements, les passages, le déracinement, les séparations, les pertes, etc. La traversée n’est pas toujours aisée, partir n’est pas une solution facile à prendre, elle s’impose parfois comme l’ultime recours à un mieux-être. C’est alors un choix qui s’accompagne d’une extrême douleur. (Michel PICARD, La Littérature et la mort, 1995).
Un migrant a toujours du mal à rendre compte de son vécu de migrant du fait de la charge émotionnelle qui entoure ce récit. Le migrant fait face à des expériences qui à jamais marquent sa mémoire, sa psyché et façonnent son rapport à lui-même et aux autres. Il s’opère une forme de rupture entre sa vie de migrant et sa vie passée sur la terre de départ.
Il y a dans l’esprit du migrant cette lutte incessante entre son passé là-bas et son présent sur la terre d’accueil. Dans cette lutte, la mémoire est un bon rempart. Une mémoire meurtrie, violentée qui devient sélective donc. Elle trie, elle occulte, elle enfouit, elle refuse le souvenir ou simplement, quand elle se souvient, elle ne parvient pas à trouver le moyen de nommer l’expérience, la déchirure, le trauma. (Jérôme POREE, « Les limites du récit ») L’inénarrable de la migration ce sont toutes ces choses vécues par le migrant mais qui lui restent bloquées au travers de la gorge, qu’il n’arrive pas à partager pour de multiples raisons. (KOFMAN Sarah, La Parole suffoquée, 1987), (Paul Ricœur, Soi-même comme un autre, 1990).
Cette communication entend établir un pont entre la mémoire (question centrale de ma thèse) et l’inénarrable de la migration en tirant illustrant à travers un personnage de mon corpus. (Leonora Miano, Tels des astres éteints, 2006).

Stigmatisation de l’autre “schizophrène” et protection du groupe et de l’ordre social

 

Intervenant : Dimitri Lampropoulos (LPS)

L’intervention visera à présenter les enjeux de protection du soi, du groupe et de l’ordre social dans la stigmatisation de l’autre, schizophrène. Dimitrios Lampropoulos commencera par une présentation rapide de l’histoire de la place de la « folie », de l’évolution de la conceptualisation de la stigmatisation et de la façon dont il est amené à penser la stigmatisation de la schizophrénie non seulement en tant que maladie avec son étiologie et ses symptômes, mais surtout en tant que menace pour l’ordre social et moral. 
Enfin, l’étude de la place sociale de la schizophrénie et des représentations sociales mobilisées à l’égard des personnes qui vivent avec, pourrait nous amener à nous questionner nous-mêmes, nos structures et nos valeurs.

« Orientalisme(s) et orientaliste(s), divergences et mises au point »

Intervenante : Armelle Girinon (CAER), 16 juin 2016

L’intervention vise à présenter l’évolution de la définition des termes « orientalisme(s) » et « orientaliste(s) » dans les arts et les sciences du xixe et du xxe siècle. Armelle Girinon expose et discute tout d’abord le caractère plurivoque de ces termes et en présente les mouvances étymologiques. 
Elle synthétise ensuite les éléments de définition proposés par Edward W. Said dans son livre intitulé L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident (Orientalism, 1978), ainsi que les approches heuristiques et méthodologiques adoptées par E. W. Said pour cette étude. Un des intérêts majeurs de cet ouvrage est qu’il continue d’être au cœur de polémiques encore vives aujourd’hui, on lui concède certains résultats, on en discute d’autres : l’analyse des critiques émises à l’encontre de L’Orientalisme d’Edward W. Said font l’objet de la dernière partie de la communication. La brève présentation des débats scientifiques (idéologiques ?) liés à cette notion d’orientalisme permet d’aborder plusieurs outils / cadres théoriques indissociables des études actuelles des représentations (scientifiques et littéraires) de l’espace et de l’altérité.

 

« Autour du concept théorique de “marge” »

Intervenante : Vanessa Perdu (CAER), 16 juin 2016.

L’objectif de cette communication est de présenter le concept théorique au cœur de la problématique de thèse de Vanessa Perdu, celui de la « marge », et d’en développer les différentes significations. Les concepts de marge et de marginalité étant souvent utilisés dans le cadre des études postcoloniales et subalternes, il s’agit en particulier de tenter d’exploiter certains de ces postulats afin de les intégrer à la théorie littéraire classique, c’est-à-dire de proposer une démarche qui consiste à partir du texte littéraire et de son analyse afin de l’éclairer à la lumière de ces hypothèses. L’idée est de conserver la dimension esthétique du texte pour éviter l’écueil habituel des approches postcoloniales et subalternes qui tendent à convertir le texte en pur objet culturel. Dans un deuxième temps, sera développée la portée de la notion de « marge », ainsi que ses différentes acceptions et comment elles peuvent être exploitées dans l’analyse des textes littéraires. Si la marge est traditionnellement rattachée à l’idée d’exclusion, de rejet, sa dimension ambivalente, intermédiaire, en fait aussi un espace de liberté et d’indéfinition. Le but est d’ouvrir des perspectives plus larges autour du concept de marge, en le rattachant notamment à une quête ou affirmation identitaire.

« Au-delà de la migration : la condition exilique »

 

Intervenantes : Cécile Duquenne (CIELAM) et Camylla Lima de Medeiros (CIELAM)

La migration est un phénomène aussi ancien que l’humanité, sur la base duquel se sont fondées les notions d’émigré (qui part d’un lieu donné) et d’immigré (qui arrive dans un lieu donné), désignant deux trajectoires différentes et unidirectionnelles. Le terme de « migrant », quant à lui, désigne le phénomène de migration davantage que la personne : en cela, il exclut à la fois le parcours individuel ainsi que les personnes dont le déplacement a pris fin. Aucun de ces termes ne s’avère donc satisfaisant, car ils ne reflètent pas la pluralité de la migration, ou ses diverses trajectoires – pire encore, aucun ne reflète la réalité de la condition de l’exilé qui se cache derrière ces termes. Les statuts juridiques, par ailleurs le plus souvent fermés et excluants, en sont bien la preuve.
Le migrant est généralement considéré comme l’être qui franchit les frontières, internes et externes au pays d’origine, tant pour des raisons sociales, politiques, ou environnementales. En revanche, un exilé ne franchit pas nécessairement de frontière, qu’elle soit interne ou externe, et ne se déplace pas toujours d’un point à un autre. Ainsi, si tous les migrants sont des exilés, tous les exilés ne sont pas des migrants, en ce que l’exilé est « l’être-frontière qui n’a pas de frontière » (Simmel, 1993 : 168).

La présente communication explicite en quoi la condition exilique dépasse et élargit la « condition migrante », en parvenant à contenir à la fois le point de départ de la personne en exil, son point d’arrivée, ainsi que son parcours individuel, tant culturel, que linguistique, social ou psychologique.

Journée d’Étude – « Migrations et Altérités : esquisses théoriques » – 16 juin 2016

Image

 

Dans le cadre de la Fédération CRISIS et à l’occasion de la Journée d’Étude jeunes chercheurs « Migrations et altérités, esquisses théoriques », huit membres du collectif « Migrations et altérités » issus de trois laboratoires de la Maison de la recherche d’Aix-en-Provence (CAERCIELAMLPS) ont présenté une partie des cadres théoriques dans lesquels ils inscrivent leurs recherches. L’objectif était d’établir un cadre discursif commun autour des notions de « migrations » et « d’altérité ».

Les publications suivantes contiennent la communication individuelle de chaque jeune chercheur, au format vidéo.