Exposition – Journée d’étude « Entre recherche et action » – 19 juin 2019

En passant

Perte, souvenirs, espoir. Ces trois mots guident l’élaboration de cette exposition et le travail des créations qu’elle tente de célébrer.
Rencontrer les réfugiés accompagnés par le Collectif Agir d’Aix en Provence était le point de départ de cette expérience menée par Migrations et altéritésavec le soutien de la Fédération Crisis. 
Comprendre, réfléchir et surtout, partager. La migration moins comme un phénomène social qu’un réseau d’existences et une multitude d’expériences de vie.
L’exposition réunit différentes installations issues des trois ateliers réalisés tout au long de l’année 2018-2019. Personne ne parle pour le témoin de l’exil et c’est bien l’exilé qui se saisit de sa voix : une voix au centre de sa création, de notre exposition.
Récits de soi, récits de vie. Les fragments de réalité, de sensibilité ressurgissent dans ces créations dont les auteurs viennent du Liban, de la Syrie, du Soudan, de la Guinée, du Venezuela ou du Mexique…
Plutôt que de participer à une mythologie de la migration qu’organisent les médias, nous souhaitions œuvrer vers une réappropriation d’individualités face à la masse déshumanisée que dessine la « crise migratoire ». 
Ces invisibles réacquièrent une certaine visibilité grâce à l’écriture de textes, l’expérience du théâtre ou des matériaux visuels. Les traces laissées, dans le moment de la création, témoignent de la profondeur du parcours, dans la durée et dans l’épreuve. Les mots et les images tentent de construire une narration autre que celle du récit administratif que tout réfugié ne connaît que trop bien.
Résilience, résistance. S’il ne s’agit pas encore de faire front avec les exilés, il s’agit déjà de faire avec eux. Pour qu’une lutte pour la justice se concrétise, l’expérience empathique semble être primordiale. La perte de l’identité individuelle, égarée entre le lieu d’origine et le lieu d’accueil – si peu accueillant puisse-t-il être – se voit opposer le dispositif de retour au singulier des mots, des textes, des récits de chacun. Un flottement de feuilles, entre abri étrange, précaire mais entêtant et parcours de découverte. Quelques grilles, qui rappellent les barrières, les frontières et bien sûr, la clandestinité : les créations visuelles viennent ménager la rupture. Des bribes pour construire une vision autre.
Dépayser ou dépasser le lieu universitaire vers un lieu d’exposition qui essayerait, pour sa part, d’atteindre un lieu utopique, dans toute son impossibilité espérance et sa concrétisation dans la matérialité du monde, un lieu de vie où il est possible de vivre autrement. 

Anysia Troin-Guis

Mobilities and moorings : renegotiating spaces and frontiers in modern and contemporary French and francophone culture – 30-31 mai 2019

En passant

Dans le cadre d’une conférence organisée par les doctorants.e.s de la Graduate School de la Queen’s University à Belfast, Marjolaine Unter Ecker s’est exprimée sur les théâtralités de la migration féminine, en particulier dans les espaces scéniques de Leïla anis et de Darina Al Joundi. Eva Raynal a quant à elle présenté l’ensemble du travail réalisé par le collectif durant l’année universitaire 2018-2019.

Nous remercions les organisateurs.ices pour cette invitation et la qualité de la rencontre, que ce soit les intervenant.e.s ou l’implication du public.

Mobilities and Moorings 2019

Graduate School, Queen’s University, Belfast, 31 mai 2019

 

Journée d’étude « Entre recherche et action » – 19 juin 2019

En passant

Mercredi 19 juin 2019, de 09 h 30 à 18 h 00, en salle des colloques 2 du Pôle multimédia de la Maison de la recherche (29, av. Robert Schuman, Aix-en-Provence).

Programme de la journée (entrée libre, pas d’inscription préalable) : 

9h30 : Accueil des participant∙e∙s.

10h00 – Intervention inaugurale d’Alexis Nuselovici (CIELAM, AMU), Professeur en littérature générale et comparée et référent du collectif.

***

10h30 : Panel 1, « Genre et migrations »

Denis Alcaniz (LESA, AMU)  : Trajectoire désorientée dans Bamako d’Abderrahmane Sissako.

Camylla Lima de Medeiros (CIELAM, AMU) : Mères en exil ou le vide maternel chez Clarice Lispector et Marguerite Duras.

Anouchka Stevellia Moussavou Nyama (CIELAM, AMU) : Au-delà et entre-deux : l’exil d’Omar et Nfissa dans Les Alouettes naïves d’A. Djebar.

***

13h30 : Panel 2, « Espaces et Frontières »

Sabine Gamba (CIELAM, AMU) : Du jardin de l’enfance au déploiement des espaces et des frontières, dans le théâtre de Wajdi Mouawad. 

Mahshid Tajilrou : J. M. Coetzee’s Paradoxical Reading of the Nature of the Self in Autobiography.

Anysia Troin-Guis (Fondation pour la Mémoire de la Shoah, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3): Documenter les violences historiques à travers le montage d’archives.

Marjolaine Unter Ecker (CIELAM, AMU): Espaces hybrides et frontières afropéennes dans l’œuvre d’Eva Doumbia

***

15h45 : Panel 3, « Langues et Écritures »

Émilie Boyer (CAER, AMU) : Faire parler l’Autre : la langue de l’autochtone dans le roman centraméricain.

Eva Raynal (CIELAM, AMU) : Qu’est-ce que l’aller-retour ? Le mythe au service des déplacements et des espaces traumatiques.

Sarah Voke (CIELAM, AMU) : L’expérience de l’exil et de l’écriture : de l’action à la recherche.

***

17h 15 : Inauguration de l’exposition des œuvres produites par les migrant·e·s durant les ateliers.

© Justine Larroque

Mobilités, migrations et genre – 3 mai 2019

En passant

Mené par nos doctorants Denis Alcaniz, Camylla Lima de Medeiros, Anouchka Stevellia Moussavou Nyama et Sarah Voke, ce troisième et dernier séminaire a fait s’entrecroiser des disciplines tels que le cinéma, la sociologie et la littérature.

  • Cécile Canut, cinéaste et professeur de sciences du langage à l’Université Paris-Descartes (CERLIS)
  • Constance de Gourcy, professeur de sociologie à l’Université d’Aix-Marseille (LAMES)
  • Catherine Mazauric, Professeur de littérature française contemporaine à l’Université d’Aix-Marseille

Écriture créative et théâtre – 2 & 4 avril 2019

En passant

Organisé par le panel genre et migration

 

L’expérience et l’écrit (mardi 2 avril)

Différents éléments thématiques liés à l’expérience de la migration et à l’identité de genre seront exposés à deux moments ponctuels de l’atelier. Ces éléments seront proposés sur différents supports, tel que des extraits littéraires ou extraits filmiques, des mots isolés, des images ou de la musique, afin de mettre à disposition des participants des sources d’inspirations multiples. Cette variété de supports contribuera aussi à la compréhension des consignes pour des apprenants de niveaux hétérogènes de langue. Ce premier moment sera enrichie par les suggestions des apprenants eux-mêmes suite à un brainstorming. Dans un deuxième temps, chaque participant écrit seul en répondant à la consigne. Ce travail d’écriture pourra se dérouler en français, dans leurs langues maternelles ou encore, en plusieurs langues. Pour finir, les participants sont invités à lire et à partager leurs écrits.

La voix et le corps (jeudi 4 avril)

Tout d’abord, il s’agit de créer un cadre au sein duquel les demandeurs d’asile pourront s’exprimer librement et de manière créative, se détendre et s’amuser. Pour cela, certains exercices de relaxation et de respiration seront proposés. Les participants seront aussi amenés à marcher afin d’occuper tout l’espace de la salle et progressivement d’autres consignes seront ajoutées : changement de rythme de la marche à partir d’un tempo, l’adoption d’une démarche typée (triste, joyeux, pressée, en colère, etc..) et simulations de rencontres muettes qui peuvent être inspirées des situations décrites dans les textes de la première partie de l’atelier. Ensuite, un chapeau sera posé au centre de la salle avec les extraits des récits écrits pendant la première partie de l’atelier. Ainsi, les participants seront invités à réciter et à s’approprier des récits à tour de rôle. Enfin, une caméra sera posée au centre de la salle et les participants qui le souhaiteront pourront enregistrer les récits de leur choix.

Espaces et frontières, une approche interdisciplinaire, 27 février 2019

En passant

Le deuxième séminaire de l’année 2018-2019 du collectif interdisciplinaire jeunes chercheur.e.s Migrations & Altérités, s’est tenu le mercredi 27 février de 09 h 30 à 12 h 30 en salle 2.44 de la Maison de la recherche (29, avenue Robert Schuman, 13100, Aix-en Provence). 

Durant cette séance, qui a fait salle comble, nous avons la thématique des espaces et des frontières, et ce, sous différentes approches. Nous avons l’honneur et le plaisir d’écouter les interventions de :

  • Crystel Pinçonnat, professeure de littérature comparée à Aix-Marseille Université (CIELAM), et auteure notamment de l’ouvrage Endofiction et fable de soi. Écrire en héritier de l’immigration (Classiques Garnier, 2016).
  • Sandrine Musso, enseignante-chercheure en anthropologie à Aix-Marseille Université et membre du Centre Norbert Élias.
  • Pierre-Alain Mannoni, ingénieur d’étude, militant et enseignant à l’Université de Nice Sophia Antipolis. En 2016, il publiait ce billet sur Mediapart que nous vous invitons à lire.

Ces interventions ont été suivies d’un temps d’échange chaleureux et intéressé avec un public mixte, issu du milieu universitaire et de la vie associative.

 

© Justine Larroque

 

Création visuelle – 24 janvier 2019

En passant

Organisé par le panel Espaces et frontières

© Eva Raynal

Animés par les chercheuses Sabine Gamba, Anysia Troin-Guis et Marjolaine Unter Ecker, l’atelier se déroule en deux volets :

I- Le départ / le voyage (1 h 30, le matin)

Activité : Dans cet atelier, les participants sont invités à décrire en une image ou en une création comment ils sont parvenus de leur lieu d’origine jusqu’à Aix, ou tout simplement à exprimer le sentiment dominant de ce voyage. Les participants présentent leur création au reste du groupe.

***

Pause déjeuner : les participants seront invités à faire écouter des morceaux de musique de leur pays d’origine.

***

II- L’arrivée (3 h)

Activité : Il s’agit de montrer aux assistants plusieurs photographies de sites emblématiques d’Aix (fontaines, places, monuments, etc.). Si besoin, les nommer et les (faire) décrire. Chaque participant connaîtra davantage et plus en détails la ville. Une fois cette présentation accomplie, chaque participant est invité à choisir une photographie et à la modifier de manière à introduire son propre contexte culturel, c’est-à-dire, à peindre ou dessiner par-dessus le lieu aixois, et apporter des éléments de sa culture d’origine. À la manière d’une affiche touristique ou culturelle, les participants peuvent proposer une « campagne » faisant la promotion de tel ou tel aspect culturel (une fête, un plat, une plante, un habit, etc.) auprès des habitants d’Aix-en-Provence.

Objectifs

Pour mener cet atelier, nous avons choisi la création visuelle car elle permet d’exprimer des sentiments et des pensées parfois difficiles à verbaliser. Nous souhaitons par ailleurs qu’il constitue un moment d’échange et de partage entre les participants, qui seront invités à s’exprimer sur leur création. Le premier volet de l’atelier a pu par exemple mener à un échange entre les différentes expériences et les motifs du départ et permettra de mettre en valeur les histoires individuelles. Le deuxième volet de l’atelier a tenté de susciter un discours entre l’identité urbaine et l’identité individuelle, tout en cherchant à émanciper les migrants dans l’expression de leurs besoins, désirs et préoccupations, face à la ville qui les reçoit.

Pour l’ensemble des créations, les membres du collectif se sont engagés à rendre le plus accessibles possibles les consignes de création.

Les projets de cet atelier sont la création originale de l’artiste mexicain Manuel Díaz, qui a lui-même animé des ateliers dans des centres de réfugiés à México City. Nous le remercions pour son implication dans ce projet.

D’une expérience exilique témoignée par l’écriture, la traduction et le soutien thérapeutique, 30 novembre 2018

En passant

(30 novembre 2018, 14h, salle C601 du bâtiment Egger, campus Schuman, Aix-en-Provence. Entrée libre.)

Le thème « Langues et Altérités » se situe au croisement de la littérature et de la psychologie. Pour ce premier séminaire de l’année 2018, le collectif Migrations et Altérités se propose d’écouter les intervenants suivants :

      • Mélanie Maurin, docteure en psychologie clinique et psychopathologie, et psychologue clinicienne au centre Osiris, association marseillaise de soutien thérapeutique aux victimes de torture et de répression politique.
      • Lofti Nia, traducteur et interprète de langue arabe, intervenant notamment au centre Osiris.
      • Alexis Nuselovici, professeur en littérature comparée à l’Université d’Aix-Marseille, titulaire de la chaire « Exil et migration », au Collège d’études mondiales et actuel référent du collectif.
      • Last but not least, l’écrivain guatémaltèque Rodrigo Rey Rosa. Il a publié plusieurs recueils de contes (El cuchillo del mendigo, El agua quieta) ainsi que des romans remarqués comme El salvador de buques ou encore El material humano. Il est également lauréat du prix de littérature Miguel Angel Asturias en 2004 et du prix José Donoso en 2015.

La séance sera modérée par nos collègues Émilie Boyer et Adriana Tarazona Patarroyo, qui dresseront également un bilan du premier atelier « Écriture et passages », réalisé avec les migrants suivis par le collectif aixois Agir. Les présentations seront suivies de quelques questions ciblées, puis d’un débat ouvert à tous.

 

Migrations : nos voix, nos chemins de traverse

En passant

Deux de nos membres, Anouchka Stevellia Moussavou Nyama et Anysia Troin-Guis, animeront une table-ronde lors de la rencontre “Migrations : nos voix,  nos chemins de traverse”, qui se déroule actuellement à Marseille du 24 au 26 octobre 2018.

Ce projet est à la croisée des chemins entre “arts, sciences et militances”, et a été développé et soutenu par des laboratoires de recherche tels que Tamis – anthropologies coopératives, le Réseau Migrations, Migrinter et Telemme.

Festival Pint of Science 2018

En passant

Notre collègue Camylla Lima de Medeiros met à l’honneur une fois de plus notre collectif grâce à la vulgarisation scientifique ! Sur l’invitation du festival international Pint of Science, lequel a pour objectif de faire se rencontrer chercheurs et grand public dans des lieux conviviaux et informels, et en partenariat avec la Fête de la Science, elle a évoqué différentes problématiques liées à la migration (préjugés, fake news), et présenté ses travaux de recherche devant une salle attentive et enthousiaste. Pour cette édition 2018, le festival s’est intéressé aux idées reçues, à leur réception et leur déconstruction.

Écriture et passages, 11 octobre 2018

En passant

Organisé par le panel Langues et Altérités.

L’objectif de l’atelier est d’offrir un moment de rencontre afin que les participants puissent exprimer par l’écriture des capacités créatives, tant dans leur langue maternelle que dans la langue autre (en l’occurrence, le français). Cela en vue de favoriser un échange qui valorise le bagage culturel de chacun en dialogue avec d’autres points de vue et d’autres langues. Nous commenterons aussi les différentes manières d’exprimer une même sensation dans différentes langues et selon différents points de vue.

Cet atelier ne cherche pas à être un atelier didactique, puisqu’il ne s’agit pas d’enseigner une langue ou des techniques d’écriture. Il n’y a pas non plus une visée thérapeutique en tant que telle. Cependant, les intervenant.e.s seront disponibles pour soutenir les participants dans leur usage de la langue de leur choix et pour faciliter l’échange. L’atelier sera mené ainsi conjointement par une doctorante en espagnol (Émilie Boyer), avec une expérience d’enseignement du FLE ainsi qu’une psychologue clinicienne  (Adriana Tarazona Patarroyo), habituée à travailler auprès des demandeurs d’asiles accueillis par les CADA, et capable de faire face à d’éventuels débordements émotionnels inspirés par l’écriture.

L’intérêt pour les participants se trouve principalement dans le partage avec les autres de sa langue maternelle et la découverte, peut-être, de points communs entre les langues présentes. De même, la confrontation avec les photos de la région permettra aux participantx de s’approprier cet espace et de produire un discours, un commentaire personnel sur celui-ci.

“VII International Congress on Migration & Mental Health”, Bruxelles, 19 et 20 octobre 2018

Image

La délégation de Migrations et Altérités devant le Parlement européen, Bruxelles, 19 octobre 2018.

Une délégation de notre collectif, présidée par le professeur Nuselovici, s’est exprimée au Parlement européen le 19 octobre 2018 en tant que groupe de travail proposant un éclairage sur l’action de l’extrême-droite européenne contre les migrant.e.s. Cette journée a tenté d’inciter les participants à la réflexion (qu’entend-on par “extrême”, “ultra, en quoi l’extrême-droite constitue une menace pour le vivre-ensemble), et de réfléchir quant aux sanctions possibles contre ces groupes et groupuscules idéologiques, dont certains de leurs membres siègent dans nos institutions nationales et européennes.

Dans un second temps, chacun des membres de la délégation a présenté une communication reliant ses recherches aux thématiques proposées par le Congrès. Les langues de travail ont été le français, l’anglais et l’espagnol. Les sujets abordés concernent essentiellement le champ littéraire, mais des considérations historiques, philosophiques et politiques ne sont pas exclues  : “The Scream of exile in theatrical territory” (Sabine Gamba), “The Writing of the Invisible – from literary research to writing workshops” (Camylla Lima de Medeiros), “From psychology to politics – Representing migrants in the 2019 European Parliament election” (Professeur Alexis Nuselovici), “Post-traumatic disorders and comparative literature” (Eva Raynal), “Aimless wandering and non-belonging stories in border areas” (Marjolaine Unter Ecker), “The Image of wounded exiled bodies in Meena Alexander and Amina Saïd’s poetry” (Sarah Voke), “Home and exilic experience in J.M. Coetzee’s The Childhood of Jesus” (Mahshid Taljilrou).

Nous remercions les organisateurs, et en particulier les responsables de Familles du Monde et du réseau Athena pour leur invitation, et l’extraordinaire diversité de cet évènement. Nous remercions également nos laboratoires de recherche pour leur soutien sans faille dans l’organisation de ce séjour.

Migrations et Altérités

États Généraux de la Migration – 26/27 mai – Paris

En passant

Les premiers États Généraux des Migrations ont eu lieu à Paris les 26 et 27 mai.
Pensé dans la continuité des États Généraux de 1789, développé par plusieurs centaines de collectifs et d’associations, et mené indépendamment du pouvoir en place, ce rassemblement public a pour objectif de présenter le plus précisément possible la situation des personnes étrangères en France, et d’émettre des propositions en vue d’une politique migratoire humaine et juste. Pendant un mois, dans l’esprit des cahiers de doléances, des consultations ont été organisées dans tout le pays, en ligne ou sur bulletin papier.

Première session nationale à Montreuil.

Plusieurs membres du collectif Migrations et Altérités se sont rendus à cette session nationale, en compagnie du professeur Alexis Nuselovici, afin d’observer, échanger et participer avec les différents intervenants. Cette participation s’inscrit dans notre projet actuel, celui d’articuler nos travaux autour du concept de recherche-action.

Nos collègues Anouchka Stevellia Moussavou Nyama et Sarah Voke.

Traduire/accueillir – Pour une écologie des traductions et des migrations

En passant

Dans le cadre des Journées de l’Europe organisées par l’Institut français de Saarbrücken, les 8 & 9 mai à la Villa Europa, notre collègue Camylla Lima de Medeiros a représenté le collectif MigAlt et est intervenue au sein du panel “Accueillir. L’engagement associatif pour les migrants en Grande-Région … et au-delà”.

MT180 édition 2018 : notre collègue & porteuse de projet, Camylla Lima de Medeiros, en finale nationale !

En passant

Ma thèse en 180 secondes permet aux doctorants de présenter leur sujet de recherche, en français et en termes simples, à un auditoire profane et diversifié. Chaque étudiant ou étudiante doit faire, en trois minutes, un exposé clair, concis et néanmoins convaincant sur son projet de recherche. Le tout avec l’appui d’une seule diapositive !”

C’est avec une grande fierté que nous vous annonçons que notre collègue Camylla Lima de Medeiros, également porteuse du projet MigAlt pour l’année 2017-2018, a gagné haut la main la finale locale du concours, et s’est qualifiée à Paris lors des demi-finales. Avec Colin Gataouillat, elle représentera Aix-Marseille Université et notre collectif de jeunes chercheurs, parmi 16 autres candidat.e.s, lors de la finale nationale qui aura lieu à Toulouse le 13 juin. Doctorante en littérature comparée, les recherches de Camylla portent sur les écritures féminines de l’exil : “Marguerite Duras – Alejandra Pizarnik et Clarice Lispector : trois langues pour une écriture exilique”.

Bravo pour cette performance oratoire de qualité !