Exposition – Journée d’étude « Entre recherche et action » – 19 juin 2019

Perte, souvenirs, espoir. Ces trois mots guident l’élaboration de cette exposition et le travail des créations qu’elle tente de célébrer.
Rencontrer les réfugiés accompagnés par le Collectif Agir d’Aix en Provence était le point de départ de cette expérience menée par Migrations et altéritésavec le soutien de la Fédération Crisis. 
Comprendre, réfléchir et surtout, partager. La migration moins comme un phénomène social qu’un réseau d’existences et une multitude d’expériences de vie.
L’exposition réunit différentes installations issues des trois ateliers réalisés tout au long de l’année 2018-2019. Personne ne parle pour le témoin de l’exil et c’est bien l’exilé qui se saisit de sa voix : une voix au centre de sa création, de notre exposition.
Récits de soi, récits de vie. Les fragments de réalité, de sensibilité ressurgissent dans ces créations dont les auteurs viennent du Liban, de la Syrie, du Soudan, de la Guinée, du Venezuela ou du Mexique…
Plutôt que de participer à une mythologie de la migration qu’organisent les médias, nous souhaitions œuvrer vers une réappropriation d’individualités face à la masse déshumanisée que dessine la « crise migratoire ». 
Ces invisibles réacquièrent une certaine visibilité grâce à l’écriture de textes, l’expérience du théâtre ou des matériaux visuels. Les traces laissées, dans le moment de la création, témoignent de la profondeur du parcours, dans la durée et dans l’épreuve. Les mots et les images tentent de construire une narration autre que celle du récit administratif que tout réfugié ne connaît que trop bien.
Résilience, résistance. S’il ne s’agit pas encore de faire front avec les exilés, il s’agit déjà de faire avec eux. Pour qu’une lutte pour la justice se concrétise, l’expérience empathique semble être primordiale. La perte de l’identité individuelle, égarée entre le lieu d’origine et le lieu d’accueil – si peu accueillant puisse-t-il être – se voit opposer le dispositif de retour au singulier des mots, des textes, des récits de chacun. Un flottement de feuilles, entre abri étrange, précaire mais entêtant et parcours de découverte. Quelques grilles, qui rappellent les barrières, les frontières et bien sûr, la clandestinité : les créations visuelles viennent ménager la rupture. Des bribes pour construire une vision autre.
Dépayser ou dépasser le lieu universitaire vers un lieu d’exposition qui essayerait, pour sa part, d’atteindre un lieu utopique, dans toute son impossibilité espérance et sa concrétisation dans la matérialité du monde, un lieu de vie où il est possible de vivre autrement. 

Anysia Troin-Guis


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.