Création visuelle – 24 janvier 2019

Organisé par le panel Espaces et frontières

© Eva Raynal

Animés par les chercheuses Sabine Gamba, Anysia Troin-Guis et Marjolaine Unter Ecker, l’atelier se déroule en deux volets :

I- Le départ / le voyage (1 h 30, le matin)

Activité : Dans cet atelier, les participants sont invités à décrire en une image ou en une création comment ils sont parvenus de leur lieu d’origine jusqu’à Aix, ou tout simplement à exprimer le sentiment dominant de ce voyage. Les participants présentent leur création au reste du groupe.

***

Pause déjeuner : les participants seront invités à faire écouter des morceaux de musique de leur pays d’origine.

***

II- L’arrivée (3 h)

Activité : Il s’agit de montrer aux assistants plusieurs photographies de sites emblématiques d’Aix (fontaines, places, monuments, etc.). Si besoin, les nommer et les (faire) décrire. Chaque participant connaîtra davantage et plus en détails la ville. Une fois cette présentation accomplie, chaque participant est invité à choisir une photographie et à la modifier de manière à introduire son propre contexte culturel, c’est-à-dire, à peindre ou dessiner par-dessus le lieu aixois, et apporter des éléments de sa culture d’origine. À la manière d’une affiche touristique ou culturelle, les participants peuvent proposer une « campagne » faisant la promotion de tel ou tel aspect culturel (une fête, un plat, une plante, un habit, etc.) auprès des habitants d’Aix-en-Provence.

Objectifs

Pour mener cet atelier, nous avons choisi la création visuelle car elle permet d’exprimer des sentiments et des pensées parfois difficiles à verbaliser. Nous souhaitons par ailleurs qu’il constitue un moment d’échange et de partage entre les participants, qui seront invités à s’exprimer sur leur création. Le premier volet de l’atelier a pu par exemple mener à un échange entre les différentes expériences et les motifs du départ et permettra de mettre en valeur les histoires individuelles. Le deuxième volet de l’atelier a tenté de susciter un discours entre l’identité urbaine et l’identité individuelle, tout en cherchant à émanciper les migrants dans l’expression de leurs besoins, désirs et préoccupations, face à la ville qui les reçoit.

Pour l’ensemble des créations, les membres du collectif se sont engagés à rendre le plus accessibles possibles les consignes de création.

Les projets de cet atelier sont la création originale de l’artiste mexicain Manuel Díaz, qui a lui-même animé des ateliers dans des centres de réfugiés à México City. Nous le remercions pour son implication dans ce projet.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.