« Au-delà de la migration : la condition exilique »

 

Intervenantes : Cécile Duquenne (CIELAM) et Camylla Lima de Medeiros (CIELAM)

La migration est un phénomène aussi ancien que l’humanité, sur la base duquel se sont fondées les notions d’émigré (qui part d’un lieu donné) et d’immigré (qui arrive dans un lieu donné), désignant deux trajectoires différentes et unidirectionnelles. Le terme de « migrant », quant à lui, désigne le phénomène de migration davantage que la personne : en cela, il exclut à la fois le parcours individuel ainsi que les personnes dont le déplacement a pris fin. Aucun de ces termes ne s’avère donc satisfaisant, car ils ne reflètent pas la pluralité de la migration, ou ses diverses trajectoires – pire encore, aucun ne reflète la réalité de la condition de l’exilé qui se cache derrière ces termes. Les statuts juridiques, par ailleurs le plus souvent fermés et excluants, en sont bien la preuve.
Le migrant est généralement considéré comme l’être qui franchit les frontières, internes et externes au pays d’origine, tant pour des raisons sociales, politiques, ou environnementales. En revanche, un exilé ne franchit pas nécessairement de frontière, qu’elle soit interne ou externe, et ne se déplace pas toujours d’un point à un autre. Ainsi, si tous les migrants sont des exilés, tous les exilés ne sont pas des migrants, en ce que l’exilé est « l’être-frontière qui n’a pas de frontière » (Simmel, 1993 : 168).

La présente communication explicite en quoi la condition exilique dépasse et élargit la « condition migrante », en parvenant à contenir à la fois le point de départ de la personne en exil, son point d’arrivée, ainsi que son parcours individuel, tant culturel, que linguistique, social ou psychologique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.