« L’inénarrable de la migration »

Intervenante : Anoushka Stevellia Moussavou Nyama (CIELAM), 16 juin 2016

Narrer la migration c’est écrire les déplacements, les passages, le déracinement, les séparations, les pertes, etc. La traversée n’est pas toujours aisée, partir n’est pas une solution facile à prendre, elle s’impose parfois comme l’ultime recours à un mieux-être. C’est alors un choix qui s’accompagne d’une extrême douleur. (Michel PICARD, La Littérature et la mort, 1995).
Un migrant a toujours du mal à rendre compte de son vécu de migrant du fait de la charge émotionnelle qui entoure ce récit. Le migrant fait face à des expériences qui à jamais marquent sa mémoire, sa psyché et façonnent son rapport à lui-même et aux autres. Il s’opère une forme de rupture entre sa vie de migrant et sa vie passée sur la terre de départ.
Il y a dans l’esprit du migrant cette lutte incessante entre son passé là-bas et son présent sur la terre d’accueil. Dans cette lutte, la mémoire est un bon rempart. Une mémoire meurtrie, violentée qui devient sélective donc. Elle trie, elle occulte, elle enfouit, elle refuse le souvenir ou simplement, quand elle se souvient, elle ne parvient pas à trouver le moyen de nommer l’expérience, la déchirure, le trauma. (Jérôme POREE, « Les limites du récit ») L’inénarrable de la migration ce sont toutes ces choses vécues par le migrant mais qui lui restent bloquées au travers de la gorge, qu’il n’arrive pas à partager pour de multiples raisons. (KOFMAN Sarah, La Parole suffoquée, 1987), (Paul Ricœur, Soi-même comme un autre, 1990).
Cette communication entend établir un pont entre la mémoire (question centrale de ma thèse) et l’inénarrable de la migration en tirant illustrant à travers un personnage de mon corpus. (Leonora Miano, Tels des astres éteints, 2006).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.